06 13 32 04 91

Zodiaque(s) 1
Un mouvement constant des étoiles provoque des changements dans la positions des signes astrologiques. Ce mouvement se nomme la Précession des équinoxes. L’axe polaire de la terre, qui est perpendiculaire à l’écliptique, bouge lentement, décrivant ainsi un cône dans l’espace sur une période d’environ 25800 ans. De ce fait, les étoiles se déplacent lentement dans le ciel.

Le point Vernal ou Gamma est le lieu d’intersection entre l’écliptique et l’équateur céleste au moment où se trouve le Soleil lors de l’équinoxe de printemps. Il est considéré comme étant le début du signe du Bélier. Ce point se déplace d’environ et en moyenne 50 secondes d’angle par an. (cf. : “ Astronomical Algorithms ” de Jean MEEUS, Page 123, Ed. Willmann-Bell Inc., Richmond, Virginie, 1991)

Il s’ensuit que 2 zodiaques, ou plutôt deux techniques astrologiques, coexistent.

 

 

Le ZODIAQUE TROPICAL ET le ZODIAQUE SIDERAL.

Il existe de “types” de zodiaques: le zodiaque Tropical (ou saisonnier) et le zodiaque Sidéral.

Zodiaque(s) 2​Les positions des corps célestes dans le ciel, ne peuvent, d’un point de vue mathématique, physique, mécanique ou astronomique, être fonction d’un système arbitraire. Et pourtant, le zodiaque saisonnier occidental est passablement arbitraire. Ce dernier est, rappelons-le, indexé sur les saisons des pays tempérés. Or, la réelle position des constellations dans le ciel nous décrit un autre zodiaque, nommé le zodiaque sidéral. D’où l’existence de deux types d’astrologie.

Ces deux zodiaques sont sensiblement décalés car les étoiles et constellations du ciel sont animées d’un mouvement régulier et uniforme d’environ cinquante secondes d’angle par an. Le décalage actuel est de plus de vingt cinq degrés. Ce qui correspond presque à l’étendue d’un signe astrologique complet (de trente degrés). Il s’ensuit que, seules les personnes nées en fin de signe, dans les quatre ou cinq derniers jours d’un signe, ont réellement leur soleil de naissance dans la constellation concernée. En tenant compte de cette réalité, une personne née le trente Mars n’est pas Bélier (le soleil est encore en Poissons), mais Poissons.
Par contre, une personne née le dix sept Avril sera réellement Bélier. Le soleil traversera alors la constellation du Bélier. Et ainsi de suite.

Nous pouvons donc dire qu’il y a deux astrologies, celle des signes et celle des constellations; celle des symboles astrologiques et celle de la réalité astronomique. Nous pourrions également dire celle des saisons et celle des constellations. Mais les saisons ne concernent que nos régions tempérées.

L’Astrologie sidérale est implicitement amenée à entrer en conflit avec l’astrologie saisonnière. Les symboles ne sont que des symboles, et ne doivent, en aucun cas, être pris ou considérés comme des réalités. Certains astrologues diront qu’ils permettent de réaliser des lectures différentes, sur plusieurs plans. C’est exact. Mais nul besoin de passer par ce subterfuge pour ce faire. Sans quoi, l’arbre risque fort de cacher la forêt. Cette justification n’est qu’un prétexte pour ne pas avoir à s’adapter à une nouvelle réalité. Elle exprime un esprit passif, ignorant de l’évolution de la connaissance et semble-t-il sclérosé. Et ce n’est même pas une question de lecture sur plusieurs niveaux, sur plusieurs plans.

Nous devons prendre garde au risque de confusion qu’entraîne l’utilisation du système zodiacal saisonnier. Et certaines méthodes d’investigation astrologique sont largement ternies et discréditées par ce système trop exclusivement symbolique.

Conclusion personnelle

Lorsque je fait de l’astrologie évènementielle et/ou  qui concerne une personne occidentale, j’utilise le zodiaque tropical.

En revanche, lorsque de fais de l’astrologie qui concerne plus l’évolution, les capacités spirituelles, le développement des énergies, le karma, ou encore des travaux occultes, j’utilise exclusivement le zodiaque sidéral.